À Charlie.

À vos armes citoyens

Et je ne parle pas de celles qui tuent,
De celles qui répendent la douleur,
Engendrent la violence

Armez-vous de l’encre,
Versez-en plus qu’ils ne versent de sang

Au nom de l’Expression,
Battez vous en prose
Faites de l’argument un armement

Et que sous vos plumes
Chaque syllabe soit plus tranchante que toutes leurs armes

À vos armes citoyens,
Sur vos claviers tapez sans cesse,
On vous promet qu’aucun ne blessent

N’ayez pas peur, twittez encore
Internet nous permet un corps à corps

À vos armes,
Que les fusains, à nouveau,
S’enflamment.

Publicités

On pense trop peu à soi.

On pense trop peu à soi. Vous n’êtes pas d’accord? Quand je dis « on pense peu », il faut en comprendre le sens. Je veux dire qu’on ne pense pas assez à s’élever, à notre bien-être et à l’exploitation de notre plus grand atout en tant qu’hommes: notre esprit.

De même lorsque je parle d’esprit, je parle de perceptions, d’intelligence, de réflexion.

Avec l’esprit fonctionne simultanément la vue. L’esprit ne peut s’élever sans avoir les yeux ouverts sur ce qui entoure.

Cependant il y a une distinction à faire entre regarder et voir. On peut regarder sans voir. Regarder c’est encore laisser une opacité entre soi et la réalité. Vous ne pensez pas? Regarder est une contemplation passive, voir c’est comme prendre part activement à ce qu’il se passe sous mes yeux, activant ainsi ma réflexion, mon esprit.

Je crois donc qu’on ne pense pas assez à se faire du bien de cette manière. J’ai décidé d’y remédier. J’ai décidé de m’élever, et de faire quelque chose de tout ça.

J’ai déjà changé mon mode d’alimentation pour améliorer ma santé physique, maintenant je souhaite changer ma façon de voir.

Ça tombe bien, cette année je suis entrée à l’Université. C’est le bon moment pour ce nouveau départ que je me donne. En plus de cours intéressants qui demandent recherche et curiosité, l’Université est synonyme d’indépendance et d’opportunité culturelles.

J’avais décidé de passer mon premier dimanche en tant qu’étudiante à me balader seule dans Strasbourg, à faire la tournée des musées. C’était une des plus belles journées que j’ai passé! J’aime être seule, c’est un avantage pour penser d’ailleurs, et pour mieux voir ce qui m’entoure. Et ce jour là il faisait beau, j’ai eu de la chance. J’ai attrapé mon sac à dos, dis « ciao » à ma colloc d’amour, et je suis partie arpenter les rues de ma nouvelle et première « grande ville ». J’étais tellement excitée, je suis d’abord allée au Musée d’Arts Moderne et Contemporain, j’y ai passé pas mal de temps, ma journée commençait bien, je m’extasiais de voir mon premier Gaugin, mon premier Sisley… En sortant je suis passée sur un pont m’offrant une vue d’ensemble sur la ville, et par la même occasion de la hauteur pour mieux voir tout ce qui m’attendais. Ça y est j’étais là, enfin, c’était excitant l’adrénaline est montée rien que de penser à toutes les opportunités qui s’offrent à moi ici.

J’ai vu de si belles choses en me baladant ce jour là. J’ai vu beaucoup d’amour, beaucoup de monde, et je me suis dis que ces gens là sont intéressants et beaux eux aussi, ça m’a donné envie de tous les connaître! De m’asseoir et de discuter avec chacun d’entre eux.

J’aurais voulu avoir un appareil photo d’assez bonne qualité pour capturer chacun de ces instants de beauté que j’ai vu. Je les ai en têtes, mais c’est dur de les expliquer, de poser des mots.

J’ai toujours du mal à poser des mots sur la beauté.

Je déplore cette carence de vocabulaire, c’est aussi pour cela que j’ai décidé de lire plus, pour acquérir un vocabulaire qui m’aiderait à vous décrire les belles choses que je vois, que je ressens.

Je voudrais refaire une journée comme celle là le plus vite possible, je trouve qu’il n’y a rien de mieux pour voir un peu de beauté que de se promener dans une ville sans destination précise.

J’ai aussi visité les Beaux Arts, la Cathédrale… je me suis même offert un cartoville pour d’autres journées à errer dans Strasbourg.

Je crois qu’à partir du moment où on se laisse aller à ce plaisir on a du mal à s’arrêter. On ressent à quel point la vie est bonne et belle et à quel point le voir nous fais du bien.

Voilà un bon moyen pour élever l’âme selon moi.

« Down into the rabbit hole »

 

Je suis la commune au milieu des communs, et dans ma tête, les pensées s’enchevêtrent et s’emmêlent. Et comme chez tous, ils prennent des directions différentes, comme pour beaucoup d’entre nous, ils me donne la migraine. Leur départ m’obsède et je ne peux m’en défaire.

A vos mots mon ventre se noue

I just want to be

Je voudrais exploser, faire jaillir ce que j’ai et qui pourtant ne semble pas m’appartenir. Ma pensée est indépendante de ma volonté.

En attendant leur éclosion, je suis fade et incapable de comprendre ce que je suis et ce qui m’entoure. Je reste dans la perception, le flou et le sensoriel. Alors que je voudrais mettre des mots sur les sensations, et il n’y a rien de plus frustrant que de ne pas savoir traduire.

Traduire c’est comprendre une autre langue, et je voudrais pouvoir comprendre la langue des sensations.

Mais le problème est là, je suis changeante et inconstante, il me sera pour toujours je crois bien, impossible d’arracher la sensation précise à sa nébuleuse, au tout qu’elle constitue, pour y poser un mot.

Je le vois bien! Là encore tout s’emmêle, on aurait du mal à me suivre et sans doute que je ne pourrais plus me suivre moi même au moment ou je me relirais.

Je suppose que si je suis confrontée à ça, je ne dois pas être la seule, de loin pas.

C’est le moment de la chute qui ne s’arrête pas, du mouvement éternel. Je cherche l’air et la lumière, ou enfin une sortie.

Il n’est pas compliqué de se rendre heureux

Image

En terminale, L notamment, on nous le rabâche 8H30 par semaine: l’Homme est un éternel insatisfait. Ce qui pose évidemment la question de son bonheur. Mais je ne souhaite pas reprendre à la lettre mes cours de philo, oh non! J’ai comme qui dirait une émotivité accrue, et l’humeur changeante, donc il n’est pas rare que certaines pensées me donnent soudainement le cafard, ou bien m’énervent dès le saut du lit… Peu importe, j’avais envie de reprendre un peu le dessus sur mes émotions souvent encombrantes. J’ai toujours admiré ces personnes qui sont si beau grâce à leur façon permanente de sourire, d’être heureux. Ils ont tous l’air de profiter de chaque instants. C’est ce que je veux, c’est ce qu’on veux tous. Alors j’ai réussi par quelque petites techniques, à parer la mauvaise humeur.

J’ai d’abord l’habitude depuis que je suis petite, de dire le soir, une petite prière à ma manière, et je termine toujours par faire un bilan de ma journée. Même si la journée a été des plus mauvaise, je prend le recul nécessaire, je regarde plus loin que ma personne, et je m’aperçois toujours que j’ai de la chance. A chaque fois, je sais à quel point je suis bien entourée, et ça me réconforte, je dors plus tranquille, plus légère. Quand la vie n’est pas tendre, ou qu’on est exténué, ça fait vraiment du bien je trouve, de prendre un peu de hauteur pour voir que, si la journée n’a pas été bonne, il n’y a pas que ça, et que je ne dois pas laisser ces soucis me gagner.

« You are never fully dress without a smile »

 J’ai entendu ça dans une reprise de Glee, haha non mais quelle référence! Néanmoins je me le rappelle souvent, je crois que ça a fait tilt. Je me dis « Mélissa souris, tu es beaucoup plus jolie comme ça, tu peux mettre la plus belle robe, si tu restes blasée comme ça, cette robe, elle te sers à rien ». Et me forcer ne serais-ce qu’un peu à sourire, à être de bonne humeur dès le matin (c’est le matin pour ma part que se joue mon humeur pour la journée hihi), ça m’aide énormément, je m’auto-conditionne à être de bonne humeur. Il faut jouer le jeu, et ensuite ça vient tout seul, et on est fière de voir autrement la journée qui arrive.

Prendre soin de moi me détermine aussi dans mon humeur, je fais en sorte de faire ça au moins une fois par semaine, s’il faut, j’envoie chier tout le monde (ouh pardonnez la vulgarité!), mais je trouve nécessaire de se retrouver seul de temps en temps, pour ma part c’est un besoin récurrent haha! Mais bref, trouvez votre moyen à vous, musique, peinture, lecture, beauté, promenade, dessin, sport, j’en sais rien… c’est tellement agréable d’être seul. Ça permet à n’importe qui de souffler, et de reprendre un peu d’air frais, pour mieux repartir!

 J’ai aussi tendance à ne pas quitter quelqu’un sur une dispute, je tente de vivre chaque moment avec l’autre comme s’il pouvait arriver quelque chose qui me l’arracherait. Je déteste les regrets plus que tout. Alors à chaque instants je prend du recul, tout le temps, ça m’apaise tout de suite et je me rend compte de l’ampleur minime des choses comparé à ce qui pourrait me séparer des personnes que j’aime.

Bien-sûr je ne suis en aucun cas un modèle de vertu! Je tente de faire de mon mieux, parfois j’abandonne aussi, on est pas des dieux. Mais la majeure partie du temps, toutes ces petites méthodes m’aident à aller mieux dans les soucis quotidiens. Et ça met de bonne humeur les gens qui nous entourent aussi…

Et puis la vie est belle, pleine d’opportunités, de personnes formidables à rencontrer, on peut s’étonner même à 95 ans. La vie est complexe mais c’est un putain de cadeau! Prenez la hauteur, 2 minutes suffiront, le monde est vaste, ça s’arrête pas à la  porte de votre maison, du lycée ou du travail, c’est plus que ça, c’est des milliards de kilomètres de nouveauté, de possibilités de bonheur et de sourires! Y’a plus qu’à faire l’effort d’un matin du bon pied.

J’espère avoir donné des idées à certains, ou alors donnez moi les vôtres,

BYYYE ♥

Nikon Film Festival: Je suis une collection

Je suis une collection

 

« En moins de 140 secondes, remémorez-vous les belles choses, les mémoires tristes ou heureuses, les moments moteurs ou les impasses de ces passés dont la somme fait votre présent. » Telle est la consigne cette année de la 4eme édition du Nikon Film Festival.

Les participants sont nombreux, doués, pleins d’ambitions et d’idées, mais j’ai choisis cette vidéo-ci pour vous montrer un peu ce que ça donne, de laisser caméra en main, un jeune réalisateur donner libre court à son imagination, filmant de jeunes comédiens, prouver autant que ce dernier tout leurs talents!

ENJOY ♥

 

 

 

 

J’aime beaucoup ce belge!

Stromae c’est vraiment un artiste spécial, et pour être franche j’aimais pas vraiment à ses débuts, et puis j’ai découvert ses nouvelles chansons, et finalement, c’est juste excellent! Je m’en veux d’être passée à côté, parce que c’est qu’en essayant ces artistes à part qu’on peut les apprécier, c’est comme tout. Cette chanson c’est celle que j’écoute le plus je crois, soyez attentifs aux paroles, elles sont juste incroyable! Elles font rire mais en même temps c’est vrai, et en plus ce que j’aime bien là dedans c’est qu’il parle à la place d’une femme, de ce qu’elle pense des hommes. J’adore, tout simplement.

ENJOY ♥